vendredi 2 juin 2017

ISOLEMENT VIOLENT

           JOHN GRISHAM     l'ombre de Gray mountain        (livre de poche) 
Pourquoi mettre ce roman en avant alors que tous les médias parlent du retrait des USA de Trump de l'accord (de Paris) sur le climat, initiatives qui doivent aider à ne pas augmenter la température globale de la planète de plus de 2° et à mettre en oeuvre à partir de ...2020 ? 
Et bien puisque cela se passe dans ces régions où règne le charbon, où la terre est éventrée et sans compter l'exploitation polluante des gazs de schistes. Ces régions des USA qui ont massivement voté pour Trump qui leur promettait de conserver et augmenter les emplois. Mais la réalité derrière la misère sociale et économique est bien différente et les combats écologiques ne peuvent se mener que dans des rapports de force, pas avec des déclarations de bonnes intentions et des règles non-contraignantes. 
Trump ira-t-il d'ailleurs jusqu'au bout de son mandat et de toute façon, le/la prochain-e Président-e pourra revenir sur cette position. Les USA s'isolent toujours plus dans une course en avant mortifère. Pas étonnant quand on se souvient de la bande à Bush : Dick Cheney, Haliburton. Non, vous ne vous souvenez déjà plus ? 
La guerre en Irak sous prétexte d'armes de destruction massive cachées (mais inexistantes en vérité) qui ont engendré l'occupation militaire par les USA. A peine arrivés au sud dans le port pétrolier, les troupes ont sécurisé le secteur : il y avait déjà des gros tankers américains au large prêts à charger le pétrole....Car ce qui compte d'abord, surtout, et quasi à chaque fois, pour les USA, ce sont les ressources naturelles à exploiter, capter, rapatrier, les énergies fossiles, richesse nécessaire dans ce pays de l'automobile. 
J'aimerai tant dire - comme d'autres : "Américain-e-s, venez chez nous...". Mais je sais aussi que notre culture est bien différente avec nos services publics (sécurité sociale, santé, transports, écoles, énergie,...) qu'il faut financer par la mutualisation des moyens : impôts, charges sociales et que ça, ça les dépasse dans leur monde du chacun-e pour soi et du miroir de la réussite du self-made !!! 
Sortez des dix grandes villes et vous aurez une image bien différente de ce bien-vivre américain dont on nous bourre la tête et le ventre : vous y verrez une pauvreté latente et assez généralisée, une précarité permanente dans les emplois, une aculturation pour le moins préoccupante et un manque total de connaissance du monde. Trump peut flatter ces côtés-là, mais sans résultats probants et un enfermement international de plus en plus marqué, l'égoïsme américain révelera ses facettes les moins brillantes. 
Make America great again ! Mais quelle grandeur, pour quoi faire ? Il a beau répeter ce leurre médiatique, cela ne changera rien car, ne l'oublions pas, ce personnage de BD est entouré par sa famille et ses "ami-e-s" milliardaires avec la pire palette de ministres possibles. Ce n'est un clown que d'apparence, mais n'oublions pas qu'il a des pouvoirs énormes et pourrait se révéler très vite, très dangereux à force de se mettre tout le monde à dos...dans son propre pays et sur l'ensemble de la planète.

Les indiens se battent contre l'oléoduc qui éventre leurs territoires. Qui colonise quoi ? Qui pense que il sera à l'abri dans SON pays, sans conscience de l'état de la planète et des conséquences de nos activités sur celle-ci et qui ne révèle pas des ressources infinies....
J'ai mal aux américain-e-s, à mes ami-e-s américain-e-s. J'ai entendu tellement de critiques sur ce pays aux multiples facettes et j'ai toujours mis en avant ses côtés positifs, par expérience, pour y avoir voyagé à travers tout le pays du nord au sud et pour y avoir vécu aussi une/des tranches de vie. C'est un pays sauvage, primitif, dès que vous quittez les grandes métropoles et que vous vous enfoncez dans l'immensité des paysages. Il y a aussi ce sentiment de liberté individuelle très marqué qui permet de l'inventivité, les initiatives et des belles réussites dans pas mal de domaines. Mais il y a aussi l'autre face moins glorieuse et dont on ne parle jamais. Pas de services publics pour ainsi dire, pas de couverture sociale, pas de santé gratuite, un niveau de scolarité assez médiocre dans le primaire et secondaire et tout ce que j'ai dit plus haut. Et le désenchantement amène les protestations qui se révèlent dans ce genre de vote, pour un président qui n'a rien d'un défenseur des pauvres, bien au contraire. Allez comprendre...Mais nous n'avons pas de leçons à donner, nous qui avons un FN à cette hauteur et qui poursuivons une politique néolibérale qui casse les services publics et les gains sociaux d'après-guerre, de nos parents, du programme du Conseil National de la Résistance. Des leurres et des menteurs, nous en avons un tout aussi large éventail.
Alors, restons modérés dans nos propos et soutenons toutes celles et ceux qui combattent Trump et résistent dans leur pays contre les mesures qu'il souhaite mettre en place de force.
Ne crions pas au loup, à une catastrophe mondiale comme si tous les pays allaient faire marche arrière sur ces engagements climatiques. Les USA s'isolent de plus en plus et c'est le moment de s'en émanciper, de Make Europe a leading continent qui a des partenaires chinois, japonais, africains, boliviens, finlandais,...ce qui est déjà le cas depuis un moment. Affranchissons-nous des USA et faisons confiance dans une Europe plus juste, plus homogène dans la politique économique, sociale et environnementale et plus diverse, plus riche dans ses capacités de recherches, d'inventions, d'innovations. Nous aussi, nous sommes un melting pot, un mélange doux et épicé ; nous aussi faisons des efforts pour ne pas tomber dans le rejet des autres en prenant pour axiome la croyance d'une pureté d'origine...
Mais pour aller vers l'exemplarité, il nous faut aussi une rupture radicale avec ce sytème économico-politique importé des USA, le capitalisme libéral qui n'est pas un exemple humainement acceptable et économiquement viable dans la durée. 
Retrouvons nos valeurs communes, celles qui ont fondé la démocratie, les biens communs, le respect des différences.


1 commentaire:

  1. N'oublions quand même pas des gens comme Al Gore.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont lus avant publication non pas pour censure ou rejet, mais pour un filtrage concernant insultes, attaques personnelles essentiellement.
Vous pouvez signer vos textes-commentaires pour des réponses personnalisées, des échanges dans le débat.