samedi 26 mars 2016

J'AI MAL A ESSAYER DE COMPRENDRE

Je ne sais pas vous, mais moi j'ai du mal, j'ai mal à essayer de comprendre, à mettre des mots sur tous ces actes barbares, d'un terrorisme aveugle qui tue des innocents par dizaines, par centaines, en vrac, et dont les auteurs se font exploser en même temps pour la plupart. J'ai du mal à imaginer comment on peut en arriver là, de la délinquance à cette radicalité mortifère.
J'entends que cela procéderait d'un fanatisme religieux se revendiquant de préceptes qui justifieraient ces crimes pour imposer un califat. Qui croit encore en cette version à la vue des attentats meurtriers de ces  quinze derniers mois ? La théorie du complot, d'intérêts supérieurs, des mercenaires fanatisés qui veulent laisser leur nom aux actualités du soir et accéder au paradis réservé ! A l'âge et avec l'expérience de la vie que j'ai, j'ai du mal à croire tout ce que j'entends par ci, par là, à une guerre des religions, à la prédominance de l'une sur l'autre, à des préceptes des temps obscurs.

J'ai grandi dans une famille où les parents fréquentaient et étaient actifs dans une communauté religieuse. Je n'y ai vu que partage, amour pour les autres et actions d'aide : une communauté bien paisible, même si en y regardant de près, tous ses membres n'étaient pas irréprochables dans leurs actes et comportements sociaux. Mais, rien à voir avec les délires actuels.
Bien sûr, j'ai aussi connaissance de l'histoire des religions, des croisades, des guerres en son nom, des conflits au Proche-Orient comme on dit, des luttes d'influence où monter une communauté contre une autre sert d'excuse pour des objectifs de pouvoirs autres liés au pétrole, au gaz, à des richesses à capter.
Mais dans ce qui se passe depuis des années, il n'y a pas de communautarisme, de guerre des religions, en tout cas, je ne me laisse pas embarquer dans cette façon de penser, de voir les choses, de les réduire pour ne pas chercher plus loin, ailleurs, dans ce qui mène aujourd'hui “le monde” à savoir pouvoir, argent, sexe.
J'ai des ami-e-s proches qui sont aussi bien chrétiens, juifs, musulmans, boudhistes et je ne vois pas un-e seul-e qui se retrouve dans une quelconque revendication mise en avant depuis des mois. Où devraient se nicher la haine et le meurtre chez ces personnes pratiquantes de religions d'amour, de partage, de spiritualité, d'équilibre de soi, …

Je ne suis pas croyant, pratiquant, mais je comprends très bien qu'on puisse l'être et je ne vois pas en quoi ça interfère dans ma vie. La vie spirituelle, religieuse est de l'ordre privé, dans la sphère intime de la personne, donne des directions de vie, mais jamais cela ne déborde dans nos relations, dans la vie sociale, politique et c'est ainsi que cela doit rester et est vécu par celles et ceux que je connais.


J'ai beau m'interroger, imaginer dans tous les sens, je n'arrive pas à comprendre que des jeunes gens puissent faire de leur courte vie un parcours de meurtres, de se faire exploser dans un lieu public en entrainant des dizaines d'innocents, de tirer dans le tas sur n'importe qui, d'assassiner des dessinateurs. Non, je n'arrive pas à comprendre. Et ne m'assénez pas les habituels délires identitaires, communautaires, religieux comme arguments recevables.  Je crois que tout un chacun a bien compris maintenant qu'on est dans autre chose, dans des actes criminels commandités. Et qui est/sont le-les commanditaires et avec quels objectifs ?

L'argent : les pays occupés aux populations massacrées ou soumises par la terreur ne sont pas des déserts, mais bien des lieux de forage du pétrole et du gaz.
Le pouvoir : instaurer un Etat de dictature pour continuer à exploiter les richesses et profiter de l'argent que cela génère , pendant une période et le plus longtemps possible.
Le sexe : les jeunes filles brainstormées servent d'esclaves sexuelles aux combattants mercenaires payés et militairement formés. Et ne parlons pas des vierges au paradis, une fable pour demeurés...

Et vous, vous comprenez quoi dans toute cette horreur ?

1 commentaire:

  1. Que voilà un sujet intéressant ! La religion ? a oublier,ce n'est que le prétexte. Mais
    peut-être l’instauration de lois sécuritaires, afin de prévenir des soulèvements populaires futurs ? C'est une hypothèse à ne pas négliger .La manipulation de masses est devenue matière d'études et d'expérimentations voire d'applications pratiques .

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont lus avant publication non pas pour censure ou rejet, mais pour un filtrage concernant insultes, attaques personnelles essentiellement.
Vous pouvez signer vos textes-commentaires pour des réponses personnalisées, des échanges dans le débat.